Pour des alternatives terrestres à la route en mer

Explications sur les alternatives possibles à la Route en mer.Village alternatif avec ALTERNATIBA-PÉI

Pour des alternatives terrestres à la route en mer

 

Le 8 novembre 2015, ATR-Fnaut a participé au Village des alternatives, à Saint-Pierre, avec de nombreuses autres associations réunies par Alternatiba-péi.

« Une centaine d’acteurs et plus de 120 animations : ateliers thématiques, conférences, débats, table ronde, projection, exposition, marché des producteurs et des artisans… Des spectacles, du théâtre de rue, des concerts, des jeux… » Telle a été la richesse de cette journée d’échanges et de rencontres à découvrir sur le nouveau site d’Alternatiba-péi. (https://alternatiba.eu/la-reunion/).
 

Le kiosque d’ATR-Fnaut, installé à proximité du port de plaisance de Saint-Pierre, était partagé avec l’Association de Défense des deux ravines des Lataniers. La pétition présentée par l’association de la Possession a suscité un vif intérêt chez les participants à la journée : pour la protection des ravines menacées par un projet de carrière en plein cœur de ville !

Il en était de même pour les panneaux composés par ATR-Fnaut : des alternatives terrestres sont possibles et ATR vous le prouve ! Elles ont été écartées sur des prétextes, pour laisser le champ libre à deux majors des Travaux publics !

5 panneaux verticaux ont présenté les thématiques de nos combats pour des déplacements durables et pour un rééquilibrage de nos transports, enfin libérés de la pesanteur du tout-automobile :

  • Transports en commun et réaménagement des réseaux de bus ;
  • Défense des passagers aériens en litige avec une compagnie ;
  • Alternatives terrestres à la route en mer ;
  • Statuts et orientations d’ATR-Fnaut.

Nous avions aussi pour voisins le Comité Réunionnais pour la Promotion du Vélo (CRPV), qui milite pour une meilleure prise en compte de ce mode doux de déplacement : une vraie alternative en milieu urbain, à la conditions que les vélos soient véritablement intégrés dans une interconnexion des modes de déplacements.

Il faut obtenir, par exemple, que l’ensemble des réseaux de transport en commun mis en place par les Autorités organisatrices de transports (A.O.T.) permette la présence des vélos à bord des bus ou des cars interurbains. C’est encore loin d’être le cas partout !

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

×